La prochaine épidémie de peste à Madagascar pourrait être « plus violente » selon l’OMS

Le Directeur Général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré mercredi qu’une épidémie de peste mortelle semble avoir été maîtrisée à Madagascar. Il a aussi prévenu que la prochaine épidémie de peste à Madagascar serait probablement plus violente.

« La prochaine transmission pourrait être plus prononcée ou plus forte », a déclaré le DG de l’OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus aux journalistes à Genève, insistant sur le fait que « la question est grave ».

Depuis le mois d’août 2017, plus de 200 personnes ont été tuées dans la nation insulaire de l’océan Indien par une épidémie de peste bubonique, qui se propage par des rats infectés par des piqûres de puces, et par la peste pneumonique, qui se propage d’une personne à l’autre. Depuis 1980, Madagascar connaît des épidémies de peste bubonique presque chaque année, souvent causées par des rats fuyant les incendies de forêt.

La maladie a tendance à réapparaître chaque saison de pluie, de septembre à avril. En moyenne, entre 300 et 600 infections sont enregistrées chaque année parmi une population de près de 25 millions d’habitants, selon une estimation de l’ONU.

L’épidémie de peste à Madagascar prenait une autre tournure

Mais Tedros s’est inquiété du fait que « la peste à Madagascar se soit comportée différemment cette année. » Les cas sont apparus bien plus tôt que d’habitude et, au lieu d’être confinée à la campagne, la maladie s’est infiltrée dans les villes. Les autorités ont enregistré plus de 2.000 cas, et Tedros a déclaré mercredi que le nombre de morts s’élevait à 207. Il a également souligné la présence de la version pneumonique, qui se propage plus facilement et est plus virulente, lors de la dernière épidémie.

Il a salué la réaction rapide de l’OMS et des autorités malgaches qui ont contribué à maîtriser l’épidémie, mais il a averti que le danger n’était pas écarté.

L’éclosion plus importante que d’habitude avait contribué à propager les bactéries responsables de la peste.

Cette situation, conjuguée à une mauvaise hygiène et à un mauvais contrôle des vecteurs sur la population malgache, signifiait que « lorsque la peste réapparaît, elle repart d’un niveau plus élevé, et l’ampleur de la prochaine transmission pourrait être plus élevée que celle que nous avons vue », a dit Tedros.

« Cela signifie que Madagascar risque d’être davantage touché, et pas seulement cela, car l’épidémie risque de se répandre dans les pays voisins et au-delà », a-t-il prévenu.

La lutte antivectorielle est compliquée par le fait que les puces porteuses de la bactérie Yersinia pestis responsable de la peste se sont avérées très résistantes aux produits chimiques et aux insecticides, alors que c’est une combinaison dangereuse.

Médécin et interne travaillant dans un centre pendant une épidémie de peste à Madagascar
Médecin et interne travaillant dans un centre pendant une épidémie de peste à Madagascar

Source

Un commentaire sur “La prochaine épidémie de peste à Madagascar pourrait être « plus violente » selon l’OMS”

Les commentaires sont fermés.