Histoire de la photographie à Madagascar

Parcourir les pages du livre fascinant « Une Histoire de la Photographie à Madagascar : Des origines aux années 1940 » de Claude Bavoux, c’est comme se lancer dans un voyage à travers le temps et l’espace. Traverser le début de la photographie à Madagascar et comprendre le rôle pivot de ce médium dans la documentation de l’histoire de la Grande Île.

Pionniers de la photographie à Madagascar

Le récit commence par un aperçu des premiers jours de la photographie à Madagascar. Les contributions de figures clés comme Ellis, Parrett et Ratsimamanga sont mises en lumière, servant de fondations à l’art de la photographie sur l’île.

La Photographie comme chroniqueur de l’histoire

Le livre expose de manière poignante comment la photographie a joué un rôle crucial dans la représentation et la compréhension de l’histoire malgache. Bavoux souligne à quel point les photographes malgaches et étrangers ont travaillé en symbiose pour documenter la société, les événements et les habitants de Madagascar.

Technique et art : l’évolution de la photographie à Madagascar

En plus des événements historiques, Bavoux explore également les aspects techniques et artistiques de la photographie à Madagascar. Il décrit clairement l’expansion de la photographie militaire française après 1896 et la mutation de l’académisme en photographie jusqu’en 1940.

Collaboration et héritage visuel

Le récit dépeint de manière captivante comment les photographes locaux et étrangers ont collaboré pour créer un précieux héritage visuel qui a contribué à forger la perception de Madagascar au fil des ans.

« Une Histoire de la Photographie à Madagascar » de Claude Bavoux n’est pas seulement un livre sur l’évolution de la photographie, c’est une plongée passionnée dans le passé, une exploration des techniques, des influences culturelles, et des acteurs qui ont façonné le paysage photographique de Madagascar jusqu’en 1940. C’est un indispensable pour tous ceux qui ont un intérêt pour la photographie, l’histoire, et la culture de Madagascar.

Une Histoire de la Photographie à Madagascar Des origines aux années 1940
Une Histoire de la Photographie à Madagascar Des origines aux années 1940

Résumé du livre « Une Histoire de la Photographie à Madagascar : Des origines aux années 1940 »

Ellis et son élève Parrett:

  • Ellis est apparu dans le monde de la photographie malgache et a formé un étudiant nommé Parrett qui a poursuivi son travail pendant une génération.
  • Avant 1890, quelques photographes malgaches, dont Ratsimamanga, émergent dans la capitale.
  • Les Norvégiens ont également contribué à la photographie autour d’Antsirabe.
  • À partir de 1896, la photographie militaire française prend une place importante à Madagascar.
  • Les Malgaches et les photographes français réalisent un travail important jusqu’en 1914, mais l’académisme prend le dessus après la guerre jusqu’en 1940.

La naissance de la photographie à Madagascar :

  • L’histoire de la photographie à Madagascar est souvent négligée, mais elle recèle un potentiel pour comprendre le passé.
  • La photographie à Madagascar a commencé avant la création de la colonie, à partir de 1897.
  • Ellis a joué un rôle crucial et est considéré comme la clé pour comprendre le travail d’autres photographes à Madagascar.
  • Ellis a eu une forte influence et a même été formé par Roger Fenton, le premier photographe officiel du British Museum.
  • Les premières photographies d’Ellis remontent à juillet 1853 et capturent des moments importants de l’histoire du pays.

Défis et avancées techniques :

  • La photographie à Madagascar a été confrontée à divers défis techniques au cours de ses premières années.
  • Le processus de préparation des photographies est compliqué, notamment avec l’arrivée de J. Cameron dans la capitale.
  • Malgré les difficultés, des photographes comme Ellis et Cameron ont apporté des contributions significatives dans ce domaine.
  • Leurs photographies donnent un aperçu du passé et continuent d’intriguer les chercheurs.

Introduction :

  • La technique photographique utilisée est le collodion humide, qui nécessite de préparer le négatif sur verre juste avant utilisation et de le développer immédiatement pour éviter qu’il ne sèche.
  • Le procédé au collodion sur plaque humide nécessite d’exposer et de développer les plaques avant qu’elles ne sèchent et ne durcissent.

Influence du développeur :

  • Le révélateur utilisé joue un rôle important dans le caractère final de l’image, car modifier sa teneur en acide peut accélérer ou ralentir son action.

Ellis en tant que communicateur qualifié :

  • Ellis, le créateur de la photo du roi et de la princesse Rabodo, est un communicateur religieux de génie.
  • La photo était destinée au public ciblé du jeune roi, auparavant inaccessible aux prédicateurs chrétiens.

L’impact d’Ellis sur l’occidentalisation :

  • Ellis a accéléré l’occidentalisation de Madagascar plus rapidement que d’autres, contribuant à la propagation des influences occidentales.
  • Ses photographies représentaient de somptueuses résidences royales britanniques, influençant la perception de la modernité à Madagascar.

Représentation authentique à travers les photos d’Ellis :

  • Les photographies d’Ellis représentaient Madagascar avec plus de précision que les images précédentes, dissipant les idées fausses issues des gravures approximatives.
  • Madagascar a acquis une meilleure compréhension du monde moderne grâce aux photographies d’Ellis.

Exposition et reconnaissance du travail d’Ellis :

  • Les photographies de Madagascar d’Ellis ont été exposées à New Coventry Street et sont devenues le point culminant de l’exposition de la London Photographic Society.
  • Ses photographies se sont rapidement répandues, atteignant même les États-Unis grâce à des publications comme le Harper’s New Monthly Magazine.

Réponse positive de Radama II :

  • Radama II a demandé un agrandissement de son portrait, reconnaissant la qualité du travail d’Ellis.
  • Cela démontre l’impact positif de la photographie sur les relations interpersonnelles et la perception de la royauté.

Comparaison avec d’autres photographes :

  • Alors que d’autres photographes comme le Père Fina existaient, Ellis a fait preuve d’un talent et d’une audace uniques.
  • Le Getty Museum, qui possède l’une des estampes d’Ellis, reconnaît sa priorité sur l’œuvre de Finaz.

La photographie à Madagascar :

  • Il existe peu d’informations sur les premières photographies à Madagascar.
  • Le révérend W. Ellis est une figure importante de l’histoire de la photographie à Madagascar.
  • Finaz, prêtre jésuite, a également joué un rôle dans les débuts de la photographie à Madagascar.
  • Il reste peu de gravures ou de plaques de cette période.
  • Radama II, le roi de Madagascar, se fit portraiturer par Ellis et Finaz.
  • Il y a un manque de documentation et de reconnaissance pour le travail de Finaz.
  • Le révérend W. Ellis disposait de l’équipement nécessaire pour la photographie et servait de catalyseur aux événements.
  • Il y a un manque d’informations sur les autres photographes de cette période.

L’influence de la photographie :

  • Les photographies prises par Ellis et Finaz donnent un aperçu de l’histoire et de la culture de Madagascar.
  • Les photographies contribuent à la compréhension du couronnement de Radama II.
  • Les photographies d’Ellis offrent une perspective unique sur les paysages et les habitants de Madagascar.
  • La qualité des tirages et gravures qui ont suivi les photographies fait défaut.
  • La photographie n’était pas largement adoptée par l’Église catholique de Madagascar à l’époque.

Le regret d’Ellis :

  • Lors du voyage de la reine Fianarantsoa en octobre 1873, les OSC regrettent de ne pas avoir d’appareil avec eux.
  • Le camp de Ranavalona II fut pris au retour, non pas par G. Grandidier mais par les miracles du R.P. 4532.

Science et progrès :

  • Madagascar était sur le point d’entrer dans un monde de progrès, selon Ellis.
  • Cependant, avec l’assassinat du roi, le pays régresse.

Pouvoir fictif :

  • Le pouvoir fictionnel inhérent aux œuvres d’Ellis constitue une base pour les recherches futures.
  • Les œuvres d’Ellis, commentées par leur créateur, sont considérées comme des moments exceptionnels de l’histoire.

Les défis de la photographie :

  • La photographie à Madagascar remet en question les croyances locales et peut capturer ou voler l’esprit du sujet.
  • Ellis raconte un incident au cours duquel une femme possédée a presque détruit son équipement.

La vision d’Ellis :

  • Ellis reconnaît la photographie comme la quintessence du monde moderne.
  • Il évite une vision ethnographique banale du peuple malgache et crée une distance avec les Merina.
  • Il se concentre sur le pouvoir des images.

Réalisations photographiques :

  • Les photographies du couronnement de Radama II publiées dans The Illustrated London News sont considérées comme un chef-d’œuvre du photojournalisme.
  • Les écrits d’Ellis révèlent davantage sa position politique que ses lectures photographiques directes.

L’approche d’Ellis :

  • Ellis fait preuve à la fois d’émerveillement et de bienveillance dans son travail photographique.
  • Il rend souvent ses portraits aux sujets eux-mêmes.

Légende et contingence :

  • Les légendes attachées aux photographies d’Ellis manquent de précision et reflètent son détachement de la contingence de la réalité.
  • Les légendes des photographies du musée du quai Branly sont mal écrites.

Un trésor de photographies rares et inutilisées :

  • La collection présente un trésor iconographique rare et sous-utilisé.
  • Les photographies de la vente aux enchères d’esclaves de Menamaso s’imposent comme précurseurs du photojournalisme moderne.

Différences dans les techniques de photographie :

  • Le photographe professionnel Désiré Charnay avait une approche moins empathique que William Ellis.
  • Les modèles de Charnay étaient posés selon une vue conventionnelle de trois quarts, souvent plus nus que habillés.
  • Ellis, quant à lui, animait ses photographies en plaçant des personnages à côté d’objets ordinaires comme l’arbre Ravenala.
  • Il sous-entend même une interprétation religieuse en transformant subtilement l’arbre en représentation du Christ.

Ellis en tant que photographe et sujet :

  • Ellis a inclus un autoportrait parmi ses photographies de Tananarive, soulignant sa présence personnelle et ses compétences en tant que photographe.
  • Cette auto-représentation ajoute de la profondeur et de la brillance au travail d’Ellis, l’élevant au-delà des représentations superficielles de Madagascar.

Comparaison entre Ellis et Charnay :

  • Charnay n’est pas parvenu à Tananarive et son œuvre reste limitée à des gravures grossières, tandis qu’Ellis a laissé un héritage bien plus important.
  • La production prolifique d’Ellis résulte de sa volonté de capturer des portraits pour les habitants, créant ainsi un grand nombre d’images.
  • De plus, un revers majeur pour Ellis s’est produit lorsqu’un cyclone a détruit son laboratoire, entraînant la perte d’impressions importantes.
  • Charnay, en revanche, ne s’est pas engagé aussi profondément auprès des habitants qu’Ellis.

Le talent d’Ellis pour la mise en scène :

  • L’habileté d’Ellis à mettre en scène des scènes est soulignée dans ses photographies intimes de Wisbech.
  • Dans une composition, il inclut subtilement un autoportrait comme référence à son travail, démontrant sa maîtrise de l’art photographique.

L’importance de l’arbre Ravenala :

  • La prédominance de l’arbre ravenala sur les photographies symbolise une manifestation divine, faisant de Madagascar un espace sacré.
  • Grâce à l’intervention d’Ellis, Madagascar devient une terre sainte.

Introduction :

  • Madame de Lastelle examine le portrait en pied de Rabodo et s’exclame que c’est bien lui qu’est Rabodo.
  • Il existe un deuxième cliché qui montre la finesse de Rabodo assis.

 

Gravure et photographie :

  • La mémoire de Madame de Lastelle est davantage connue à travers sa gravure dans Madagascar Vol d’oiseau.
  • D’autres photographies figurent dans les gravures du Monde illustré et du Tour du monde.

Réflexions sur le travail d’Ellis :

  • Les photographies d’Ellis vont au-delà de ce qui est attendu et évoquent un véritable paradigme de l’Imerina.
  • Son œuvre dépasse ce qui est visible et le lecteur attentif est tenté d’imaginer ce qui est invisible.
  • Les photographies d’Ellis ont le pouvoir d’évocation que Flacourt détient dans le discours.

Comparaison avec Charnay :

  • Charnay, en tant que témoin oculaire, ne possède pas les mêmes subtilités qu’Ellis.
  • Les portraits de Charnay ne représentent que les particularités de Tamatave ou Nosy-Be sous contrôle français.

La collection de photographies d’Ellis :

  • Les photographies d’Ellis sont admirées par E. Blanchard, zoologiste de l’Académie des sciences.
  • Blanchard est particulièrement ému par les physionomies, notamment des femmes, dans les photographies d’Ellis.

Le vol et le complot :

  • Lors de son dernier départ de Madagascar, le précieux colis d’Ellis contenant plusieurs assiettes est volé.
  • On pense que ce vol a été orchestré, peut-être par La Mbert, ami de longue date de N. de Lastelle.

Disponibilité à Paris :

  • Les photographies d’Ellis, ainsi que celles d’autres photographes, étaient disponibles à Paris au début de la Troisième République.
  • Des photographes tels que Frank, Charlet et Jacotin vendaient des portraits de personnalités marquantes de Madagascar.

Héritage et reconnaissance :

  • Les travaux d’Ellis, ainsi que les preuves de Charnay, continuent à être utiles longtemps après leur époque.
  • Cependant, les photographies de François L. Pollen restent méconnues.
  • Blanchard témoigne de l’impact des photographies d’Ellis sur le spectateur.

Rainilaiarivony et la photo mystérieuse :

  • La photo en question serait celle de Rainilaiarivony, né en 1828.
  • On ne sait pas comment la photographie originale a fini à Paris

Le rôle des missions protestantes dans les débuts de la photographie à Madagascar :

  • En 1869, la London Missionary Society (LMS) et la Norwegian Missionary Society (NMS) se partagèrent les domaines d’évangélisation.
  • Les albums et les photographies développées existent toujours, mais la datation et la fourniture de légendes précises posent des problèmes

Le couronnement de Ranavalona II :

  • Un album du révérend James Cross Thorne du LMS documente le couronnement
  • Des photographies supplémentaires sont nécessaires pour une analyse plus approfondie et une confirmation

Numérisation de photographies malgaches :

  • Le corpus en ligne du LMS et du NMS contient environ 2 000 photographies
  • Il est nécessaire de procéder à un classement complet et à une analyse critique de ces ressources visuelles.

L’importance des commentaires et des métadonnées :

  • De nombreuses photographies manquent de signatures et nécessitent une analyse de leurs légendes.
  • La numérisation des images permet une meilleure interprétation et des annotations significatives

Reconnaissance des pionniers de la photographie malgache :

  • Les premiers pasteurs anglais, dont l’imprimeur J. Parrett, ont joué un rôle crucial
  • Leur collaboration avec Ellis a influencé la tradition photographique norvégienne

Défis liés à l’établissement d’une base de données iconographique complète :

  • Des efforts de recension importants sont nécessaires pour utiliser pleinement la vaste collection de photographies.
  • Une légende crédible et une analyse interprétative donnent une plus grande valeur aux photographies

La photographie de J.B. Piolet :

  • B. Piolet était un excellent photographe.
  • Il a capturé des images de temples de Tananarive.
  • Ses photographies ont été publiées dans le magazine LMS dans les années 1870.

Les archives des Amis (FFMA) :

  • Les Amis possèdent des archives importantes à Ambatoharanana.
  • Ces archives ne sont pas accessibles au grand public.

La question de la photographie :

  • La question du rôle de la photographie dans l’histoire est abordée.
  • Cet article fait référence aux travaux de W. Benjamin.

Le missionnaire Robert Griffith :

  • Le missionnaire Robert Griffith a déposé des photographies aux archives du LMS.
  • Les photographies ont été prises entre 1872 et 1875.
  • La collection comprend une quarantaine d’images.

La photographie de Ramahandry :

  • Ramahandry a pris une photo remarquable des prisonniers à Antsirabe.
  • La photographie a été prise vers 1890.
  • Ramahandry a également utilisé des matériaux britanniques pour l’impression.

 

La mission norvégienne à Madagascar :

  • Un article séparé traite de la mission norvégienne à Madagascar.
  • L’article comprend des cartes, des gravures et des photographies.
  • L’article est conservé dans les archives du NMS à Oslo/Stavanger.

La présence de Parrett :

  • L’assistant Parrett est mentionné dans plusieurs sources.
  • Il a travaillé avec le photographe William Ellis.
  • Il a également fourni des photographies à Sibree.

L’utilisation d’albums photographiques :

  • Des albums photographiques circulaient comme articles touristiques.
  • Ils contenaient soit des gravures photomécaniques, soit de véritables photographies.
  • Les albums étaient souvent étiquetés avec des légendes basiques.

Introduction :

  • Woodburytypie, également connu sous le nom de photoglyptie, était une des premières techniques photographiques inventées par Woodbury.
  • WoodburytypIe était un processus artisanal d’impression de photographies.
  • Ashwell a remplacé Parrett à l’imprimerie Imarivolanitra en 1887.
  • Les tirages ont été réalisés sur papier salé.

Reconnaissance et influence :

  • Il y a une plaque dans un temple d’Ambositra portant le nom de Parrett.
  • Decary possédait une des estampes de Parrett.
  • L’influence de Parrett à Madagascar était limitée par rapport aux photographes français.
  • Une anecdote met en lumière la différence entre la perception des photographes jésuites et leur travail réel.

Autres photographes notables :

  • Des photographes anglais et norvégiens, tels qu’Anker, Bekker et Bjertnes, ont apporté d’importantes contributions à la photographie à Madagascar.
  • James Sibree et J.C. Thorne étaient de remarquables photographes britanniques.
  • La banalisation de leur travail serait irrespectueuse, car ils sont les « La Fontaine » de la photographie malgache.

La photographie à Madagascar :

  • Madagascar avait déjà connu un âge d’or de la photographie avant 1895.
  • Trésors de cette période, dont les œuvres de P.E. Miot et le commandant Th. Pennequin, restent à découvrir.
  • La cathédrale centrale d’Andohalo a été construite malgré la présence de 25 temples.
  • La mission jésuite a rassemblé de nombreuses photographies d’E. Colin et de P. Suau dans le livre « Madagascar et la Mission catholique ».

Photographie institutionnelle :

  • L’arrivée des Français en 1886 marque un changement dans la représentation visuelle de Madagascar.
  • Madagascar avait une forte tradition littéraire et l’arrivée des Français a vu l’émergence d’une culture photographique.
  • La photographie à Madagascar a été influencée par la présence des typographes.
  • La qualité de la photographie à Madagascar s’améliore.

Artisans malgaches et la photographie :

  • Des artisans malgaches ont adopté la photographie et ont développé des pratiques et un savoir-faire précis, même en rencontrant des difficultés de conservation de produits chimiques importés d’Europe.
  • Le photographe A. Kingdon, un imprimeur talentueux, a enseigné sa passion de la photographie à d’autres.
  • Le général Willoughby, en fournissant les œuvres d’un compatriote au London Illustrated News, a également brillé dans le domaine de la photographie.
  • Des expositions de photographies ont été organisées présentant des clichés regroupés par régions, villes et types d’indigènes.
  • Des photographies obscènes, des gravures gallophobes et des bibles ont été découvertes chez des rebelles, témoignant de leur maturité psychologique et intellectuelle.
  • La technologie photographique est rapidement intégrée par la population malgache, bien que Rainilaiarivony, le premier ministre, reste méfiant.
  • Certains travaux de photographie sont attribués à des individus tels que J. Eireme, G.A. Shaw, J. Sibree et Ratsimamanga.
  • L’usage de la prise de vue photographique est devenu banal, comme en témoigne un incident dramatique où un lieutenant a envoyé des serviteurs prendre des clichés dans un camp militaire, entraînant la destruction de l’appareil et le décès d’un des commis.

Photographes malgaches renommés :

  • Razaka, un précieux collaborateur de J. Sibree, est un portraitiste parfait et a remporté le concours de Nanisana pour les photographies de cartes postales.
  • Ratsimamanga, Imarivolanitra et Ramahandry sont également des photographes talentueux et ont peut-être appris de prêtres chrétiens ou d’autres professionnels de la photographie.
  • L’arrivée de Le Myre de Vilers et L. Delhorbe à Madagascar a transformé la photographie malgache, qui est devenue diverse et sujette à différentes interprétations et transformations.
  • Noël Gueunier a étudié les pratiques photographiques à Tananarive, tandis que les Mauriciens Ed. Macquet et J. Gimel ont également contribué à la photographie à Madagascar.
  • La censure et les problèmes politiques ont parfois affecté les photographes, tels que l’expulsion d’Ed. Macquet par le Premier Ministre Rainilaiarivony.

La photographie à Madagascar :

  • La photographie à Madagascar a une histoire riche, avec des photographes notables comme Parrett et Macquet.
  • Louis Parrett était un photographe britannique connu pour ses scènes de genre illustrant l’abstinence des femmes ivres d’Andevoranto.
  • Un autre photographe, Clément Parrett, fut secrétaire général du Comité de Madagascar en 1900.
  • À la fin du XIXe siècle, la photographie gagne en popularité à Madagascar, avec des studios et des photographes comme Ratsimamanga et Sikora.
  • L’utilisation de la photographie à Madagascar ne se limitait pas aux portraits en studio, mais incluait également la photographie de style documentaire sur divers sujets.
  • Des photographes comme J.G. Gimel et E. Perrot ont capturé la beauté culturelle et naturelle de Madagascar en publiant leurs œuvres dans des magazines comme Le Monde Illustré.
  • Cependant, il y a eu des cas de controverses et d’utilisation abusive de la photographie, comme l’incident impliquant des photographies manipulées de femmes malgaches à la fin du XIXe siècle.
  • Malgré ces incidents, la photographie est restée un média populaire à Madagascar, documentant son histoire et sa culture.

Les références :

  • Pour en savoir plus sur l’histoire de la photographie à Madagascar, voir les travaux de Helihanta Rajaonarison et H. Berthier.
  • Le livre « Un complot colonial à Madagascar, l’affaire Rainandriamanpandry » de Stephen Ellis évoque également la conspiration coloniale à Madagascar à la fin du XIXe siècle.

Dentiste Razoson, photographe, succède à Lubert à la même adresse :

  • Razoson spécialisé dans les tirages courts de 3 unités au format carte postale
  • Son travail a été présenté dans l’exposition de 1900 autour de Farafangana.

Il n’existe pas de tirages photographiques de Gimel :

  • Même Busschre, qui a écrit une nécrologie élogieuse sur Gimel, n’a mentionné aucune photographie prise par lui.

Massin et J. Au r, coiffeurs, ont renseigné et réalisé des photographies pour le magazine L Illustration:

  • Ils ont fourni des photos du cyclone de 1893 à Tamatave
  • Ils ont également fourni des photos d’un cyclone en 1892.

Edgard, photographe de renom, est arrivé en 1899 :

  • Sa renommée a été documentée dans le journal Madagascar
  • Il a pris des photos des visiteurs étrangers à Tamatave, dont le commandant Richard et l’amiral Kennedy.

Rainandriamampandry, un éminent homme politique malgache, a été photographié par Perrot :

  • Perrot a capturé le comportement impassible de Rainandriamampandry
  • Rainandriamampandry a fait une déclaration mémorable en 1884-1885 sur la gouvernance du pays.
  1. Richard, ancien maire de Saint Denis, a collecté et fourni des photographies :
  • Il rassemblait des photographies et les fournissait souvent à la presse
  • Certaines photos ont été prises par Charnay quatorze ans plus tôt

Perrot, naturaliste, mérite d’être reconnu comme un photographe majeur à Madagascar :

  • Son travail s’est concentré sur Ivoloina, Ivondro et le canal des Pangalanes.
  • Il a vendu ses photographies simplement pour survivre

Ratsitokana, le maire de Tamatave, était chargé de l’attribution des baux :

  • Il fut accusé de mauvaise conduite pendant la guerre de 1883.
  • Ses photographies ont servi d’information au Musée du Commerce de la rue du Commerce.

Exposition Universelle de 1900 :

  • Regrettable que personne n’ait pu léguer son nom à cette exposition universelle
  • Travailler sur les plaques originelles pour identifier les anciennes cotes et légendes

Bureau topographique de l’armée :

  • Loue les presses lithographiques de la LMS d’Imarivolanitra et fonde trois ateliers
  • Dessin, photo et gravure

Connus sous forme de gravures :

  • Clichés de A. Néplé, L. Garnot, Ed. De Martonne, Combe, M. Clique, P. Renoux, Drarc, Irribe, L. Nevère,…
  • Photographies de J.H. Delaunay, L. Dhourval, H. Rousson, H. d’Orléans, E. Grosclaude, etc.
  • Disponibilité limitée des clichés:
  • Personne ne peut les voir localement
  • Certains tirages sont vendus à Tamatave

Disparition des plaques originelles:

  • Plaques et clichés originaux ont disparu
  • Les plaques de Rainandriamampandry vendues à Tamatave par Perrot

Albums constitués jusqu’à la Première Guerre mondiale:

  • Certains albums provenant de cette source essentielle contiennent des légendes fautives
  • Grande maison Roger Violet ose le contretype de Gallieni

La photographie militaire:

  • De nombreux clichés militaires ont été tirés et dispersés sur le marché malgache
  • Certaines photos ont également été tirées en France

Vision abstraite du monde malgache :

  • Une vision abstraite, sans substance, se dégage des clichés concernant la forêt primaire
  • La conception anthropométrique et raciologique du monde était banale à l’époque

Photographie et anthropologie de Teissonnière:

  • La collection de photographies de Teissonnière au musée du quai Branly comprend des photographies empruntées ainsi que ses propres œuvres.
  • Teissonnière devient médecin et s’installe à Marseille après sa mission.
  • Ses photographies sont signées Dr Teissonnière.
  • La photographie était considérée comme importante pour l’anthropologie, au même titre que les mesures des individus.
  • Grandidier a débuté avec 23 personnes, étudiées de face et de profil.
  • L’inspecteur de police Brasnu crée une collection anthropométrique à Tananarive en 1903.
  • Des gravures aux caractéristiques anthropométriques prononcées ont été publiées à Majunga en 1894.
  • Le capitaine Néple, avant 1900, mena un travail photographique similaire.
  • Gallieni a fait la promotion de Madagascar à l’Exposition universelle de Paris à l’aide d’une sélection de photographies.
  • Les ingénieurs militaires œuvrent à la promotion de Madagascar, malgré leur réputation de dureté.
  • Le départ du lieutenant Charles Roux avec 25 tirailleurs est immortalisé sur l’une des photographies.
  • Les photographies ont eu une influence considérable à l’époque et continuent d’être consultées aujourd’hui.
  • Les circonstances dans lesquelles les photographies ont été prises représentent une véritable conquête coloniale sans violence apparente.
  • Les albums du lieutenant Imbert et du capitaine Borbal Combret sont des exemples de ces précieux trésors photographiques.
  • D’autres albums, comme ceux de Ratsimamanga, se sont perdus au fil du temps.
  • L’histoire de la photographie malgache mène à des conclusions inattendues.
  • Les photographies prises en 1895 par l’armée française furent censurées ou détruites.
  • L’album du capitaine F.J. Lamy, « Campagne de Madagascar 1895-1897 », existe et a été vendu aux enchères en 2010.

Les guerriers Tanala de Madagascar :

  • Le peuple Tanala, selon le lieutenant Imbert, était considéré comme le meilleur guerrier de Madagascar.
  • Les opérations militaires à Ikongo en 1897 furent particulièrement meurtrières.
  • Les photographies du départ du lieutenant Charles Roux avec 25 tirailleurs démontrent le caractère routinier de la guerre pour l’infanterie de marine.
  • Les photographies ont eu une influence significative sur la compréhension des événements de l’époque.
  • La force des guerriers Tanala est évidente sur les photographies.
  • Les albums du lieutenant Ed. Imbert et Ratsimamanga contiennent des informations précieuses sur la campagne militaire à Madagascar.
  • L’importance des guerriers Tanala dans l’histoire a été éclipsée par d’autres photographies militaires.

Edgard Imbert : un visionnaire social de Madagascar :

  • Le lieutenant Edgard Imbert était un photographe et visionnaire exceptionnel qui a documenté la vie sociale de Madagascar au début du XXe siècle. Il a fait don de trois albums au Comité Madagascar et a laissé derrière lui une collection de 2609 plaques de verre et 19 albums épreuves.
  • Les photographies d’Imbert offrent un aperçu unique de la dynamique sociale de l’époque et capturent l’essence du peuple malgache. Son travail est très apprécié et conservé dans diverses archives.
  • Les photographies d’Imbert témoignent de son dévouement et de sa passion pour la documentation de la culture et de la société malgaches. Ses contributions sont inestimables pour comprendre l’histoire du pays.
  • Le travail d’Imbert cessa après son retour à Madagascar en 1911 et il mourut tragiquement sur le front pendant la Première Guerre mondiale.
  • La collection d’Edgard Imbert est une ressource précieuse pour les chercheurs et historiens souhaitant explorer l’histoire et la culture de Madagascar durant cette période.

Autres photographes notables à Madagascar :

  • Ratsimamanga, un photographe moins connu, a joué un rôle important dans la capture de la vie sociale de Madagascar. Ses photographies figurent en bonne place aux côtés de photographes de renom comme Ellis et Vuillemin.
  • Des photographes comme P. Grise ont également apporté une contribution remarquable, même si on sait peu de choses sur eux au-delà de leurs photographies.
  • Madagascar avait une scène photographique florissante, avec de nombreux photographes proposant leurs services dans les zones urbaines. La demande de photographies était évidente, les gens étant prêts à payer pour des images d’événements importants et de la vie quotidienne à Madagascar.
  • Le contexte colonial a grandement influencé l’industrie de la photographie à Madagascar, les réglementations gouvernementales obligeant les individus à fournir des photographies d’identité.

Les défis de la préservation de l’histoire photographique de Madagascar :

  • La préservation de l’histoire photographique de Madagascar n’est pas sans défis. De nombreuses photographies et plaques de verre ont été perdues ou endommagées au fil du temps.
  • Comprendre l’histoire de la photographie à Madagascar nécessite la collaboration de divers experts, notamment des historiens, des archivistes et des chercheurs.
  • La documentation des identités et des attributions des photographes est une tâche complexe qui nécessite des recherches et des investigations approfondies.
  • Des efforts devraient être faits pour préserver et numériser les photographies et les archives existantes afin de garantir leur accessibilité et leur longévité pour les générations futures.

Boom de la popularité des cartes postales illustrées :

  • En 1903, il y a un mouvement iconographique populaire parmi les étrangers à Madagascar
  • Cette tendance ne s’est pas bien intégrée à la population locale
  • De nombreuses cartes postales montraient des aspects insignifiants de la colonisation

Différentes perspectives sur le colonialisme :

  • Des photographes comme J.D.C. Duchène et J.M.E. Prudhomme a présenté les réalisations coloniales
  • Cependant, ils ignoraient souvent les paysans malgaches touchés par la guerre.
  • Les photographies dépeignent une vision étroite du programme colonial de la France.

Stéréotypes raciaux et différenciation :

  • De nombreuses cartes postales représentaient les Malgaches comme porteurs, ouvriers ou dandys.
  • Les délégations françaises différenciées entre Malgaches et Français
  • Cela a perpétué une différenciation au nom de la nation

Les limites des images reproduites :

  • Les photographies n’ont pas réussi à capturer toute l’étendue de l’impact de la guerre sur le peuple malgache.
  • Le pasteur Louis Tinayre a fait part de ses inquiétudes quant au caractère trompeur des images reproduites
  • Il y avait un besoin d’une compréhension contextualisée des images par rapport à l’histoire malgache.

Représentation des femmes sur les cartes postales :

  • Les femmes étaient souvent représentées de manière transparente, sentimentale et légendaire.
  • L’obsession formelle des photos a éclipsé le style documentaire
  • La photographe Mademoiselle Meiffren a joué un rôle important dans la réparation et l’entretien des objectifs et des appareils optiques

L’importance de la vie quotidienne en photographie :

  • Les photographes cherchaient à magnifier les aspects ordinaires de la vie quotidienne à Madagascar
  • Un exemple est une carte postale représentant une femme Mahafaly au bord d’une rivière asséchée.
  • La photographie originale a capturé une qualité différente et a été prise par un géomètre militaire dédié.

Aristide Maria – Préparateur au Musée :

  • Aristide Maria fut préparateur au Musée puis devint administrateur à Madagascar.
  • Il a réalisé des portraits vivants du peuple Bara alors qu’il était en poste à Mananara.

Studio Photo et Club dans la Capitale :

  • En 1924, deux avocats dirigeaient le club Photo Stéréo de la capitale.
  • L’atelier déménage de la rue Carayon vers l’avenue Grandidier et la rue Amiral Pierre.

La famille Razafitrimo dans le secteur de la photographie :

  • La famille Razafitrimo, composée de Jean et Eugène, crée la société Razafitrimo fils (fils) en 1937.
  • Ils ont travaillé dans divers lieux comme la rue Carayon et la rue Augey Dufresse dans les années 1930.

Photographie Intime et Personnelle :

  • Les photographies de Razafitrimo avaient une qualité intime et personnelle, même dans les paysages.
  • Il y avait des liens entre Razafitrimo et Leygoute.

Photographie et cartes postales :

  • Au début du XXe siècle, les cartes postales étaient un moyen de communication populaire à Madagascar.
  • Cependant, la qualité des impressions de cartes postales varie et elles peuvent ne pas représenter fidèlement le pays.

La rareté des cartes postales malgaches :

  • Les exemplaires originaux des cartes postales malgaches d’avant 1940 sont rares et présentent souvent des signes d’usure.
  • On estime qu’il y a entre douze et quinze mille cartes postales fabriquées avant 1940, dont plus de sept mille sont connues aujourd’hui.

La valeur historique des cartes postales :

  • Malgré leurs limites, les cartes postales malgaches constituent une source historique unique de par leur contenu informatif et leurs commentaires occasionnels.
  • Ils offrent un aperçu du passé et révèlent parfois des auteurs inconnus.

Les défis de l’étude des cartes postales malgaches :

  • Le marché local de la photographie manque de continuité et de références, ce qui rend l’étude des cartes postales malgaches difficile.
  • Les pratiques de contrefaçon étaient courantes et des éditeurs comme H. Cattin perpétuèrent cette tendance.

La prévalence des emprunts non autorisés de photographies :

  • En 1895, un certain J. fournit à la presse parisienne d’excellentes photographies qui n’étaient pas les siennes.
  • Perrier est pour la plupart inconnu des chercheurs, à l’exception d’un article sur le fahavalo189.
  • Même les personnalités religieuses empruntent sans vergogne des photographies.
  • On soupçonne que des militaires ont obtenu et distribué des photographies protestantes anglaises sur le marché.
  • Imbert a été pillé par le coiffeur et parfumeur L.S. Blion.
  • La liste des détournements est particulièrement longue, surtout si l’on considère les nombreux photographes professionnels et amateurs.
  • Jusqu’en 1900, les graveurs étaient considérés comme des artistes tandis que les photographes restaient des techniciens anonymes.
  • Après 1905, lorsque les magazines se sont tournés vers la photographie, les photographes ont finalement été reconnus en tant qu’artistes.

Les civils sans grade militaire :

  • Les photographes sans uniforme militaire deviennent de plus en plus privés après la popularité des cartes postales.
  • Beaucoup restent anonymes, la photographie étant devenue plus privée après la fin de la Première Guerre mondiale.
  • Grandidier constate leur importance en 1896, et mentionne que leurs photographies ont été publiées sans être identifiées.
  • Il reste encore beaucoup de travail à faire pour analyser ces sources et identifier les photographies inconnues.
  1. Mager : un excellent opérateur :
  • Mager est un excellent opérateur dont l’ouvrage est projeté dans le journal L’Aurore du 30 octobre 1897
  • Il capture l’essence de Madagascar à travers ses photographies

Divers photographes et leurs contributions :

  • Administrateurs, pharmaciens et autres professionnels comme Maria, G.H. Lurat, et G. Bodemer contribuent également à la documentation photographique de Madagascar
  • Durgeat, F. Rasoamanana et A. Jeanney sont des photographes remarquables de leur époque
  • Le travail de Julienne, l’artiste photographe, et des frères Girard à Tamatave est relativement méconnu
  • Le Dr Lafferrière, médecin et opérateur qualifié, revient à Tamatave en 1897
  • Jules G. Rousselet, artiste et propriétaire de bibliothèque, survit grâce à son art et à ses propres estampes
  • Goulam Housen Charifou, photographe de talent, devient une figure marquante à Madagascar

Jules G. Rousselet : A Skillful Photographer:

  • La photographie de Rousselet se concentre sur la capture de l’épidémie de peste à Majunga en 1902.
  • Il documente la réponse à l’épidémie, notamment les actions du Dr Clarac et du maire Moriceau
  • Rousselet a du mal à vendre ses tirages pour survivre pendant cette période difficile

Charifou Jeewa : une figure remarquable :

  • Charifou Jeewa, leader communautaire et homme d’affaires respecté, joue un rôle important à Antsirane
  • Il contribue à la riche histoire photographique de la région

L’imprimerie Porte et D. Bontoux :

  • Fondée en 1910, l’imprimerie Porte et D. Bontoux est devenue un établissement de premier plan à Tamatave, à Madagascar.
  • On pense que Goulamhousen, un collectionneur passionné, était responsable de l’importante collection de Jeewa Chena et peut-être de Hassanaly Tul ar.

Marius Veynachter : photographe et entrepreneur :

  • Marius Veynachter, agent Peugeot et spécialiste du portrait, a joué un rôle important dans la photographie à Tamatave.
  • Connu pour ses portraits élégants et raffinés, Veynachter fut également propriétaire de la première entreprise de photographie de la ville.

La patinoire et les salles de danse :

  • En 1882, la patinoire Mellison à Brighton est détruite par un incendie.
  • Paris, en revanche, possédait des patinoires bitumées où les patineurs à roulettes étaient accompagnés par des orchestres.
  • Tamatave possédait sa propre patinoire, connue sous le nom d’ex-vélodrome, de 1911 jusqu’à sa destruction par un cyclone avant 1914.

Artisans de la photographie de l’époque :

  • Il y avait de nombreux artisans impliqués dans le domaine de la photographie à Tamatave à cette époque.
  • Leygou te et fils, avec plus de 6 800 photographies, et L. Depui, connu pour avoir intégré sa famille dans son œuvre, en sont des personnalités marquantes.
  • Les éditeurs P. Ghigiasso et E. Bachel ont également contribué à la scène photographique florissante de Tamatave.

Herschell Chauvin et ses photographies sensibles :

  • Herschell Chauvin, commerçant et chercheur mauricien, était connu pour ses photographies sensibles.
  • Bien que seules quelques dizaines de ses quelque 1 400 œuvres aient survécu, elles mettent en valeur son talent et sa sensibilité artistique.

 

  1. et L. Ranaivo : Photographes Betsileo :
  • et L. Ranaivo, peut-être étudiants du pasteur Borchgrevink, étaient des photographes notables de la tribu Betsileo.
  • Ils sont documentés comme étant associés à Jafetra et Ramilijaona, un autre photographe bien connu de l’époque.

Studios de photographie de premier plan à Tamatave :

  • Les propriétaires de studio H. D. Gaye et J. Lavigne, ainsi que P. Ghigiasso et E. Bachel, ont contribué à la croissance de l’industrie photographique à Tamatave.
  • Leurs studios servaient de lieux de création artistique et attiraient la clientèle grâce à une publicité innovante.

Héritage et importance historique :

  • Chacun de ces artisans et photographes mérite une monographie dédiée pour documenter leurs contributions à l’histoire photographique de Tamatave.
  • Leurs œuvres donnent un aperçu des aspects culturels et sociaux de l’époque.

Point de synthèse 1:

  • William Chaplin, membre de la Chambre de Commerce d’Antsirabe, prit d’excellentes photographies et écrivit des articles dans Autour du Monde en 1905-1906.
  • Aucune autre photographie de Chaplin n’est connue.

Point de synthèse 2:

  • Rajoelina travaillait à Antsirabe avant les années 1920.

Point de synthèse 3:

  • Ranaivo reçut une médaille à l’exposition de 1931.

Point de synthèse 4:

  • Georges Leygoute a photographié un rituel d’exorcisme dans la région de Maintirano vers 1900.
  • La photographie montre une plate-forme en bois appelée bilo, utilisée pour les rituels, avec des escaliers menant au sommet.

Point de synthèse 5:

  • Il existe encore de nombreuses photographies de photographes comme J.B. Razafy, Raphaël Rajaspera, F. Frolich et F. Razafimahefa à Tananarive.
  • Certains de ces photographes se sont spécialisés dans les portraits militaires.

Point de synthèse 6:

  • Joseph Razafy a publié plusieurs photographies dans Madagascar Illustr à la même période.
  • Rajaspera est le pionnier du photojournalisme à Madagascar et était le photographe officiel de Madagascar Illustr.

Point de synthèse 7:

  • Il y avait de nombreux photographes à Madagascar à cette époque, mais seules quelques épreuves ou planches originales sont connues aujourd’hui.
  • Il est difficile de juger de la qualité esthétique de leur travail.

Point de synthèse 8:

  • Les photographies représentent souvent les Malgaches comme des produits du pays, tandis que les Européens sont dépeints sous un jour positif.
  • Les photographies soulèvent également des questions sur ce qui est exclu des images.

Portraits de chefs et de nationalistes:

  • Les portraits du blog mettent principalement en scène des chefs favorables à la France et des dirigeants nationalistes.
  • Ces portraits représentent les Malgaches comme de simples disciples, plus influencés par leur existence misérable que par leur situation réelle.

Représentation de la misère :

  • Les images du peuple malgache se caractérisent par des compositions prévisibles et suffocantes, révélatrices de l’oppression sociale qu’il subit.
  • L’essentialisme de ces images limite la compréhension que les Européens ont du peuple malgache et les empêche de voir au-delà des catégorisations stéréotypées.

Contexte culturel et essentialisme :

  • Le contexte historique et la pensée essentialiste contribuent à la perception limitée que les Européens ont du peuple malgache.
  • Les cartes et cartes postales décontextualisent souvent les sujets, renforçant ainsi l’essentialisme et les divisions tribales.

Impacts des représentations ethnocentriques :

  • L’ethnisme présent sur les photographies et les cartes postales, imposé par les influences européennes, perpétue l’ignorance de la culture malgache et des épreuves endurées par sa population.
  • Cette ignorance entrave tout engagement significatif avec les expériences réelles des Malgaches.

Manipulation d’images :

  • Les studios photographiques de Madagascar répondaient aux attentes des Européens et contribuaient à la représentation trompeuse du peuple malgache.
  • En changeant les légendes sans altérer les images, les studios visaient à créer une image exotique de Madagascar pour les consommateurs européens.

Manque d’innovation dans la photographie coloniale :

  • Les studios photographiques de la période 1918-1930, influencés par la tutelle européenne, ont fait preuve d’un manque d’innovation dans leurs représentations visuelles.
  • L’accent était mis sur des images conservatrices et édifiantes, manquant d’engagement critique envers les réalités complexes de Madagascar.

Lien entre connaissance et ignorance :

  • La compréhension limitée de la culture malgache et la prévalence de l’ethnisme sont directement liées à l’ignorance des difficultés socio-économiques auxquelles est confronté le peuple malgache.
  • Ignorant les souffrances de leurs voisins, les Européens ne parviennent pas à comprendre la véritable étendue de la situation coloniale.

Innovation limitée dans l’iconographie catholique :

  • L’imagerie catholique produite entre 1910 et 1930 fait preuve de peu d’innovation et se concentre plutôt sur l’édification.
  • L’académisme et l’ethnicisme prédominent dans cette iconographie, sans parvenir à remettre en cause les stéréotypes dominants.

Introduction :

  • Le livre porte sur Madagascar et contient des photographies prises par Jacques Faubl e entre 1938 et 1941.
  • Le livre est un catalogue d’une exposition organisée au Musée d’ethnographie de Genève.

Reconnaissance de Norbert :

  • Norbert, membre des écoles chrétiennes, reçut une médaille d’or à l’Exposition universelle de 1931.
  • On ne sait pas exactement ce que Norbert a créé au cours de ses trente années de travail.

Photographies de Rasoherina:

  • de Saune a présenté une photographie de Rasoherina en 1903.
  • La plaque de verre originale de la photographie a été perdue, mais elle a été reproduite dans diverses publications.

Photographies de prisonniers :

  • Roblet a demandé aux prisonniers enchaînés de poser pour des photographies en 1873.
  • Les photographies ont été reproduites dans un journal et ont rappelé les terribles conditions de vie.

Photographies du Père Roblet :

  • Une photographie du père Roblet dans sa cellule est publiée dans La France illustrée en 1899.
  • Deux photographies prises par Roblet d’Isoavinandriana furent également publiées en 1899.

Photographies d’autres missionnaires :

  • L’œuvre du Père A. Tax, assistant du Père Finaz, a également été remarquable.
  • Les photographies des Pères Dantin, Dubois, Delom, Thomas et de la Devèze n’avaient pas la même valeur artistique.

Photographies de religieuses :

  • Les religieuses, à l’exception de Sœur Saint Jean Berchmans, ne signèrent jamais leurs œuvres.
  • Leurs photographies présentaient une théâtralité mise en scène et exagérée.

Les défis des portraits :

  • Les photographes ont été confrontés à des difficultés lors de la capture de portraits et ont dû composer avec les normes et attentes culturelles.
  • Les portraits de famille étaient souvent composés et manquaient d’éléments expressifs.

Photographies en extérieur :

  • Les photographies prises à l’extérieur avaient des qualités plus expressives car les sujets étaient moins contraints.
  • Les préjugés et stéréotypes coloniaux habituels étaient toujours présents dans les photographies.

Conclusion:

  • Le livre examine les aspects historiques et culturels des débuts de la photographie malgache.
  • Il met en lumière les défis artistiques et techniques rencontrés par les photographes.

Absence de la bourgeoisie malgache :

  • A Madagascar, la bourgeoisie est totalement absente, sauf dans les tendances changeantes de la mode.
  • Les cartes postales capturent des rôles sociaux extrêmes plutôt que de capter le regard des individus.

Les rôles sociaux gelés :

  • Les cartes postales figent les rôles sociaux, mais ne figent pas le regard des individus.
  • Seul l’esprit du temps est capté par les cartes postales.

Ethnographie et photographie :

  • La photographie et l’ethnographie sont abordées dans un ouvrage technique intitulé « La photographie en France et dans les pays chauds ».
  • Le capitaine maire L. Deslions a pris quelques photographies intéressantes pour commémorer un événement.

Étude historique des cartes postales d’avant la Première Guerre mondiale :

  • Les cartes postales d’avant la Première Guerre mondiale constituent un excellent objet d’étude historique.
  • Souvent, ils ne reproduisent qu’une image superficielle de Madagascar.
  • Rajaona et la poterie traditionnelle malgache :
  • Rajaona est connu pour ses dessins de 1900.
  • Il a sauvé de l’oubli les réparateurs de poteries, métier aujourd’hui disparu.

Représentation française dans les cartes postales :

  • Les Français sont souvent représentés sur des cartes postales dans leurs habitats ou dans des poses héroïques, mais déconnectés du quotidien.
  • Ces poses ne sont rien de plus que des vérités anecdotiques.

Imaginaire de la France métropolitaine :

  • L’imaginaire de la France métropolitaine est peu à peu colonisé par les envois répétés de Madagascar.
  • La France croit être entrée dans le monde de l’entropie malgache pour y mettre de l’ordre, mais elle n’a fait que l’exploiter et construire « l’Autre » selon des normes dégradantes.

Photographies de particuliers :

  • Les photographies prises par des particuliers méritent plus d’attention qu’elles n’en ont reçu.
  • De modestes particuliers ont produit des trésors qui restent largement méconnus.

Ambohimalaza et Rasamuel : artistes éminents :

  • Ambohimalaza et Rasamuel étaient des artistes notables entre 1900 et 1920.
  • Ambohimalaza travaillait à proximité du marché d’Ambatobevanja, tandis que Rasamuel était situé rue Louvières.

Artistes féminines notables :

  • Madame Alph. Cathou et le docteur Merlo étaient des artistes féminines remarquables.
  • Madame Cathou était photographe alors que les travaux expérimentaux du docteur Merlo sont peu connus.

Messant et H. Pasturin : Photographes accomplis :

  • Messant était un photographe expérimenté qui a documenté l’exposition de 1923 à Tananarive.
  • Pasturin, situé rue Gallieni, a réalisé une œuvre exceptionnelle, dont un panorama réussi de la foire de 1923.

La photographie dans les années d’avant-guerre :

  • La photographie d’avant-guerre contenait souvent des éléments de kitsch et de répétition.
  • Un concours de photographie organisé en 1936 a révélé un manque de créativité et de représentation sociale authentique.
  • La représentation de Madagascar sur les photographies excluait ou marginalisait souvent le peuple malgache.

Propagande coloniale et photographie :

  • Un article remettait en question le but des cartes postales de propagande qui perpétuent les stéréotypes.
  • En 1933, Volonté, un journal de Tamatave, critiquait l’imagerie autoritaire de la propagande coloniale.
  • La photographie coloniale manquait de sujets convaincants et reposait souvent sur des clichés.

Contributions artistiques de Charpin et d’autres photographes :

  • Charpin, probablement associé aux éditions R. Guyard, a créé des photographies simples mais percutantes.
  • Des photographes comme Ch.F. Wingle et le professeur H. Humbert ont perpétué les approches traditionnelles.
  • La LMS a publié des plaques de verre dans les années 1920 présentant divers sujets à Madagascar.

Photographies non créditées et personnages anonymes :

  • De nombreuses photographies restent anonymes, représentant des individus anonymes.
  • L’anonymat de ces personnages ajoute du sens à l’ensemble de l’œuvre.

Razafitrimo et les reconnaissances en photographie :

  • Razafitrimo et d’autres spécialistes étaient souvent récompensés lors de concours de photographie.
  • Leurs œuvres comprenaient une variété de sujets comme la récolte dorée, les fleurs de cerisier et les coiffures traditionnelles.

La photographie à Madagascar pendant la période coloniale :

  • La photographie à Madagascar pendant la période coloniale servait souvent à des fins de propagande.
  • La plupart des photos prises à cette époque avaient une perspective limitée et ne reflétaient pas la véritable diversité du pays.
  • Des photographes comme Walter D. Marcuse et E. Ansaldo s’efforçaient de présenter Madagascar sous un jour positif pour plaire aux puissances coloniales.
  • Certains photographes, comme A. Tacchi, ont utilisé leurs photos pour défendre leurs propres intérêts ou pour obtenir des financements.
  • Le monde colonial à Madagascar était caractérisé par des structures rigides et un manque de créativité ou de pensée critique.
  • Les photos prises à cette époque perpétuent les stéréotypes sur le peuple malgache, souvent renforcés par les cartes postales.
  • Les photographes amateurs avaient parfois plus d’audace et d’authenticité dans leur travail que les professionnels.
  • La photographie était utilisée par l’élite bourgeoise pour maintenir sa domination sur la société.

Limites et défis liés à l’accès aux photos historiques :

  • L’accès aux photos historiques prises durant cette période est rare et limité, souvent entre les mains de photographes amateurs anonymes.
  • Le mouvement nationaliste à Madagascar a utilisé la photographie pour documenter ses manifestations, mais beaucoup de ces images ont été censurées ou perdues.
  • Les photographies publiées dans des ouvrages religieux, comme celles du révérend T.T. Matthews, étaient souvent utilisées pour étayer un récit d’excuse.
  • Dans l’ensemble, la photographie de cette période à Madagascar reflète une perspective limitée et ne capture pas toute la complexité de l’histoire du pays.

Traitement des photographies dans différentes régions :

  • Les photographies de différentes régions, comme Hipotsy, de Fiadanana et de Faravohitra, ont été traitées différemment.
  • Ellis fut l’un des premiers à photographier les prisonniers dans leur cangue de Tamatave en 1853.
  • Quelques photographies des années 1930 de Cl. J. Rasoara a gagné en reconnaissance malgré une mauvaise qualité d’impression.
  • La région de l’Imerina a été privilégiée dans les concours photos, suscitant les inquiétudes du chef de la station météorologique de Majunga.
  • On trouve des photographies industrielles dans le Bulletin des Mines, comme celles de Pierre LANNOY.
  • Duclos, ingénieur et directeur du SICE, a diffusé des photographies scientifiques de machines et de sites industriels.
  • Des photographies ont été utilisées en appui aux enquêtes policières et publiées dans le journal malgache L’Aurore malgache.
  • La relation entre la mécanique de précision et la photographie était constante à cette époque.

Rôle de la photographie dans la société :

  • En 1939, l’épouse d’un photographe rejoint un comité de soutien aux familles des soldats mobilisés.
  • Les photographies publiées dans un magazine catholique présentaient principalement des images conventionnelles de Madagascar.
  • La photographie à Madagascar pendant l’entre-deux-guerres était axée sur l’esthétique traditionnelle et ne reflétait pas les mouvements modernistes.
  • Les photographies suivent souvent un style académique, manquant d’innovation et d’originalité.
  • L’utilisation des formats carrés, privilégiés par les photographes amateurs utilisant des appareils Rolleiflex ou Leica, s’est imposée dans les années 1930.
  • La photographie à Madagascar était contrôlée par les élites, perpétuant leur pouvoir et leur domination.
  • L’influence coloniale sur la photographie a produit une imagerie répétitive et biaisée, reflétant le poids de la domination coloniale.
  • La photographie ne remet pas en cause la domination politique mais sert plutôt à maintenir le statu quo.

Explorer l’histoire photographique de Madagascar :

  • L’histoire photographique de Madagascar peut être explorée à travers diverses archives et collections.
  • Des efforts doivent être faits pour organiser et analyser les photographies, tout comme pour établir des sources textuelles.
  • La nature panoptique des photographies donne un aperçu de l’histoire et de la culture de Madagascar.
  • Les photographies prises par Tinayre lors de l’Exposition universelle de Paris de 1900 présentaient divers aspects de Madagascar.
  • Bien qu’elles aient été repeintes, ces photographies fournissent de précieuses informations.

L’histoire de l’armée française et l’importance d’analyser les œuvres des photographes de plateau :

  • L’histoire de l’armée française et son importance méritent d’être analysées plus en détail.
  • Les travaux des photographes de plateau passent souvent inaperçus dans l’histoire du cinéma.

L’illusion fascinante des photographies de Madagascar :

  • Le grand nombre de photographies de Madagascar, tant étrangères que locales, créent un espace illusoire et captivant.
  • Grâce à la photographie, Madagascar devient un objet culturel, construit et influencé par les modèles du XIXe siècle.

Le point de vue de François Cheval sur les débuts de la photographie :

  • François Cheval, directeur du Musée de la Photographie de Châlons-sur-Saône, estime que l’histoire de la photographie ne fait que commencer.
  • Interpréter des photographies énigmatiques et poser des questions sont des tâches essentielles pour les historiens.

La présence des daguerréotypes et l’importance des photographes comme A. d’Hastrel et Ch. Guillain :

  • Les daguerréotypes ont été utilisés par des peintres comme A. d’Hastrel pour capturer la beauté de Madagascar.
  • Les premiers daguerréotypes de l’océan Indien ont été réalisés par Ch. Guillain en 1842.

Les Dioramas et Films de Louis Tinayre:

  • Les dioramas et films de Louis Tinayre offrent une représentation visuelle unique de Madagascar.
  • Ses films, offerts par son petit-fils, offrent un aperçu du passé.

Le défi de l’interprétation des photographies et de l’adoption d’un réseau d’images :

  • L’émergence des réseaux numériques permet une nouvelle approche des archives visuelles.
  • Créer un réseau d’images historiques liées à Madagascar peut apporter de nouvelles interprétations et préserver son patrimoine culturel.

Préserver la photographie malgache et dépasser les monologues occidentaux :

  • Préserver la photographie malgache est important pour la protéger du passage du temps et des récits occidentaux.
  • Un inventaire des photographies malgaches et leur préservation numérique peuvent créer une nouvelle mémoire collective.

Le potentiel des photographies pour comprendre et reconstruire l’histoire de Madagascar :

  • Les photographies anciennes de Madagascar ont le pouvoir d’enrichir notre compréhension de son histoire.
  • Combiner représentation verbale et interprétation visuelle peut apporter un nouvel éclairage sur le passé.

Les travaux d’essai des élèves typographes malgaches de Parrett sont quasiment inconnus :

  • Avant 1890, les élèves typographes malgaches de Parrett étaient confrontés à des difficultés pratiques en termes d’équipement.
  • Il existe une masse dormante de clichés souvent non légendés ou faussement sous-titrés, constituant un véritable monument historique.

L’urgence de conserver les plaques et négatifs à l’origine de ces travaux :

  • Les photographies anciennes témoignent de rêves et de souvenirs perdus, et doivent être actualisées pour être réappropriées.
  • Il est crucial de préserver ces images qui captivent et témoignent du passé malgache, permettant de ne pas les oublier.

Usage social et affrontement du passé :

  • Un fatras de clichés peut aider à affronter le passé, même s’il ne suscite pas nécessairement une revitalisation mémorielle.
  • Il peut être utilisé pour repousser l’image de la pirogue qui vous aide à passer la rivière, symbolisant la fascination pour le passé malgache.

Les services rendus par Soali ben Ahmed à la cause française :

  • Soali ben Ahmed est nommé adjoint au commandant du secteur de Tamboharano en raison de ses services rendus depuis un an.
  • Son engagement pour servir les Français plutôt que de risquer sa tête dans un métier interdit est loué.

Rebiby, roi de Masikoro:

  • Rebiby, fils de Tompomanana, dirigeait les Masikoro du sud dès l’âge de 17 ans.
  • En 1901, il devient gouverneur du nord du Fiherenana et en 1902, il dirige tous les Masikoro.

Fusillades de prisonniers fahavalos:

  • Un groupe de prisonniers fahavalos est photographié devant la place Andohalo, potentiellement ceux qui ont été fusillés en 1896.
  • Les exécutions de fahavalos se pratiquaient généralement plutôt sur la place du Zoma.
Histoire de la photographie à Madagascar de claude bavoux
Histoire de la photographie à Madagascar de Claude Bavoux

Télécharger le livre : « Une Histoire de la Photographie à Madagascar : Des origines aux années 1940 »

Cliquez ici pour télécharger le livre "Une Histoire de la Photographie à Madagascar : Des origines aux années 1940"
Cliquez ici pour télécharger le livre « Une Histoire de la Photographie à Madagascar : Des origines aux années 1940 »

 

 

 

 

 

 

 

 

Source

Cet article est extrait de la revue Tsingy-Sciences humaines, sud-ouest de l’océan Indien, n°19.

 

 

Cet article a été écrit par Gaël RAKOTOVAO

Gaël R., ingénieur et responsable de projet chez Mada Creative Agency, est un spécialiste en marketing digital et SEO avec 13 ans d'expérience, offrant des formations en SEO, photographie, et minage de crypto-monnaies, et il est également un guide touristique certifié.

0 commentaire sur “Histoire de la photographie à Madagascar”

  1. Bonjour,

    merci de signaler que cet article est extrait de la revue Tsingy-Sciences humaines, sud-ouest de l’océan Indien, n°19

    Cordialement
    Le directeur de publication de Tsingy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *