Économie de Madagascar

L’économie de Madagascar est loin d’être prospère malgré le fait que l’île a une population jeune, ce qui le classe encore parmi les pays les plus pauvres du monde. Même si l’île possède de nombreuses richesses qui se font, hélas, exploiter la plupart du temps par les étrangers, l’économie de Madagascar est surtout basée sur l’industrie textile, l’agriculture, la pêche et les exploitations minières.

 

Quelques chiffres sur Madagascar :

 

  • Population : 22 600 000 habitants (Estimation en 2013)
  • Densité de Population : 36,25 hab./km2
  • Population urbaine : environ 32 %
  • Taux de chômage : 17,69 % (en 2013), dont près de 70 %, sont des jeunes
  • Salaire moyen : 36 € par mois
  • Les principaux produits d’exportation : produits manufacturés (environ 60 % des exportations), produits agricoles (26 %), produits miniers (14 %)
  • Les principaux acheteurs : Allemagne, Chine, États-Unis, Espagne, France, Inde, Italie, Ile Maurice, Royaume-Uni, Singapour.
  • Les principaux produits d’importation : machineries et équipement de transport (30 %), fer et acier (3 %)

Une économie peu florissante

 

Si l’économie de Madagascar connaît une dégradation incessante, ce n’est pas sans raison. Depuis de nombreuses années, la corruption a toujours régné dans le pays et gagne même de l’ampleur presque d’année en année, ce qui, à long terme, a fini par détruire l’épanouissement du pays. Du fait du grand manque d’infrastructures routières, les agriculteurs et les fermiers connaissent également des difficultés à vendre dignement et à acheminer leurs produits vers les grandes villes ou les grands marchés.

L'Ariary ou le FMG

L’Ariary ou le FMG

Si pendant un temps, la situation semble s’être améliorée, cela n’a malheureusement pas suffi à sortir le pays du gouffre, l’entraînant encore davantage dans une nouvelle crise politique et économique. Malgré une certaine progression dans le domaine de la santé et l’éducation, le monde des affaires a effectivement chuté ces derniers temps, ce qui a eu une répercussion néfaste sur la vie du pays et celle de la population.