Royaume Merina

Parmi les royaumes ayant existé à Madagascar, celui du Merina est sans conteste le plus chargé d’histoire et le plus influent. D’ailleurs, ce fut ce royaume qui devint officiellement le royaume de Madagascar depuis 1817. Antananarivo est le berceau du royaume Merina.

Royaume merina

Antananarivo, berceau du Royaume merina

Chronique sur l’histoire du royaume Merina

Il faut noter tout d’abord l’existence de différentes appellations pour ce royaume puissant qui s’installa au centre du pays. Ainsi, certaines sources font mention d’un « royaume d’Ancove » pour désigner ce royaume. D’autres le dénomment « Royaume d’Emyrne ». Quoi qu’il en soit, la majorité des sources s’accordent sur le fait que ce royaume fut apparu sous le règne de Ralambo, vers la moitié du 16e siècle.

Néanmoins au cours du 12e siècle, l’existence des premiers souverains dans la région Merina fut déjà enregistrée dans certains livres. Andrianerinerina fut l’un parmi ces souverains connus pour avoir régné dans cette région avant le 12e siècle. Mais ce fut le roi Andrianampoinimerina – né sous le nom de Ramboasalama Razaka – qui fut considéré comme le grand rassembleur et fondateur du puissant royaume Merina au début du 19e siècle. Grand conquérant, il mena plusieurs expéditions contre plusieurs royaumes, dont celui des Bezanozano, des Sakalava et le royaume Betsileo.

Andrianampoinimerina et ses succèsseurs dans le royaume merina

Andrianampoinimerina et ses succèsseurs dans le royaume merina

Souverain prudent, Andrianampoinimerina sut fortifier le royaume Merina grâce à une politique d’administration habile consistant à distribuer les postes administratifs aux clans alliés ayant accepté de le reconnaitre comme souverain. Et afin de maintenir la cohésion au sein du royaume Merina, Andrianampoinimerina poursuivit une politique centralisatrice. Ce royaume se démarqua particulièrement par sa structure et son organisation.

En effet, le roi l’organisa en « Fokonolona », un terme désignant des unités sociopolitiques constituées à partir des structures traditionnelles. Ce furent 70 Vadintany qui se chargèrent de transmettre et d’appliquer les décisions royales. Ce fut le prince Lehidama – mieux connu sous le titre de roi Radama 1er, qui succéda à Andrianampoinimerina et est reconnu par l’histoire comme le 1er roi de Madagascar. Il fut d’ailleurs le fils héritier du grand rassembleur d’Imerina.

Arbre généalogique Royale du royaume merina

Arbre généalogique Royale du royaume merina -© Antsa Narindra

 

Les relations du premier ministre Rainilaiarivony avec les 3 reines qui ont succédé au royaume merina

 

Après la mort de Radama II, Rasoherina son épouse lui succéda légalement au trône. Elle a désigné Rainilaiarivony comme étant son premier ministre. C’est le plus haut place dans la monarchie merina que Rainilaiarivony pouvait prendre. Par la suite, Rainilaiarivony se maria avec Ranavalona II et plus tard avec Ranavalona III . Il les a toutes les deux désignés (à une époque de différence) : Reine de Madagascar.

 

La société merina

 

La division de la société merina en caste a été créée par les ancêtres. Dans cette division, il y a tout d’abord la famille royale, appelée en malagasy « Andriana », ensuite, il y a les « Hova » qui sont les familles de la classe moyenne et enfin il y a les « Andevo » qu’on appelle aussi esclaves ou familles pauvres.

Au départ, tous étaient de la même classe : les « hova ». Mais comme tout le monde ne peut pas régner tout ensemble en même temps dans un royaume, le peuple a choisi une personne honnête, sage et respectable que tout le monde honore parce qu’elle sait régner et arrive toujours à résoudre les problèmes, en tant que souverain. Cette personne s’est mariée et avait eu des enfants en qui, elle a transmis sa sagesse. L’un de ses enfants lui succéda par la suite à son trône, et ainsi de suite. C’est ainsi que naquirent les « andriana ». Les « andevo » quant à eux ont été les peuples vaincus qui devenaient les esclaves des vainqueurs durant les guerres tribales.

 

La communication à l’époque des Rois de l’Imerina

 

L’emplacement lors de la construction des palais datant doit toujours être en haut des collines afin de pouvoir se communiquer aux autres villages des autres collines. C’est aussi pour s’isoler.

La communication entre-colline de l’époque se faisait par le feu. En journée, la fumée pourrait être visible et à la nuit, c’est la flamme qui est visible. C’est ainsi qu’on transmet les messages d’urgence. Les 12 collines de l’Imerina se voient et arrivent à se communiquer entre elles de loin grâce aux feux.

Par ailleurs, à l’époque d’Andrianampoinimerina, il n’y avait pas encore de fusil. On utilisait des lances et des canons lors d’une alerte à l’incendie. Ensuite, les soldats viennent en secours à pied.