Biographie de Ravalomanana Marc

Ravalomanana Marc est un ancien maire de la capitale de Madagascar devenu le 7e président de la République de Madagascar. Homme d’affaires distingué grâce à son entreprise, Tiko, Ravalomanana devient très vite une figure politique imposante après son accession au pouvoir suprême en 2002.

Ravalomanana Marc
Ravalomanana Marc – Mogens Engelund, CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons

Une carrière d’homme d’affaires

Ravalomanana Marc est né à Imerinkasinina le 12 décembre 1949. Brillant autodidacte, il a réussi à transformer la petite laiterie familiale qu’il dirigeait en une entreprise industrielle prospère, surtout au niveau national : le Groupe Tiko. Grâce même à Tiko, la majorité de la population malgache a pu facilement accéder aux produits laitiers.

Tout en conservant sa stature d’homme d’affaires, Ravalomanana Marc a été élu maire de la Capitale en décembre 1999. Soutenu par l’association qu’il a fondée, Tiako Iarivo, ce jeune maire de l’époque a pu entreprendre une réhabilitation de Tananarivo et s’engageait dans de vastes opérations d’assainissement au cœur de la Capitale. Il réalisait même plusieurs chantiers d’infrastructures urbaines en voulant intensifier la lutte contre la pauvreté.

Une ascension fulgurante dans l’univers politique

Propulsé sur la devanture de la scène politique grâce à la politique d’innovation qu’il a menée au cours de son mandat communal, Ravalomanana Marc n’a pas eu du mal à gagner le cœur de la population malgache.

Ainsi après l’élection du 16 décembre 2001 qui l’opposait à Didier Ratsiraka, l’ancien maire de Tananarive avec l’appui de ses partisans regroupés sur la place de 13 mai, soutenait que c’est lui le vainqueur à cette élection.

Pourtant, la communauté internationale ayant refusé son auto-investiture entreprise le 22 février 2002, Ravalomanana a profité de la confirmation de sa victoire par la HCC pour procéder à une 2e investiture le 6 mai 2002.

Malgré ses ambitions politiques, Ravalomanana n’a pas pu étouffer le mouvement mené par le jeune maire Andry Rajoelina à la suite de la fermeture de la radio Viva. Sous la pression des militaires, selon certains, Marc Ravalomanana a transféré le plein pouvoir à un directoire militaire présidé par le Vice-amiral Ramaroson Hyppolyte le 17 mars 2009.

Ce dernier, après seulement quelques heures, confie le pouvoir à Andry Rajoelina. Après son échec politique, Marc Ravalomanana a dû s’exiler en Afrique du Sud. Il est le principal fondateur de la partie politique TIM.

Début et fin de l’exil

En exil, Ravalomanana a employé diverses méthodes afin de préserver sa présence politique à Madagascar. Il s’est servi des médias et des réseaux sociaux pour échanger avec ses partisans et exprimer ses points de vue concernant les évolutions politiques du pays. Par ailleurs, il s’est attelé à consolider les structures du TIM et à former de nouveaux dirigeants pour représenter le parti sur l’échiquier politique malgache.

Pendant ce temps, Andry Rajoelina a assumé le pouvoir et est devenu président de la République de Madagascar. Son mandat a été marqué par des réformes économiques et des initiatives de développement, visant à stimuler la croissance et à améliorer les conditions de vie des Malgaches. Cependant, son gouvernement a également été critiqué pour des questions liées aux droits de l’homme et à la gouvernance démocratique.

Depuis, la rivalité politique entre Ravalomanana et Rajoelina a continué à jouer un rôle majeur dans la scène politique malgache. Les partisans des deux leaders ont maintenu une forte présence et une influence considérable dans le pays, ce qui a souvent conduit à des tensions politiques et sociales.

Malgré leur antagonisme, Ravalomanana et Rajoelina ont également été engagés dans des pourparlers de réconciliation et de dialogue national pour tenter de résoudre les différends politiques et de promouvoir la stabilité à Madagascar. Ces efforts de réconciliation ont parfois abouti à des accords temporaires, mais la situation politique reste complexe et sujette à des tensions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *