Tourisme à Madagascar : que vont apporter Turkish Airlines et le nouveau régime ?

Depuis le début de la crise en 2009, Madagascar a vu souffrir presque tous les secteurs piliers de son développement dont celui du tourisme. Néanmoins, l’île peut compter maintenant sur le projet grandiose de Turkish Airlines et sur le nouveau régime pour redynamiser le tourisme dans l’île.

Turkish Airlines va passer par Madagascar

 

Turkish Airlines Boeing 737-800
Turkish Airlines Boeing 737-800

Le mois d’octobre pour cette année marquera un nouveau tournant pour le secteur touristique de Madagascar. En effet, la Compagnie Turkish Airlines a annoncé qu’à partir d’octobre 2014, elle compte desservir l’île Maurice et ce, via Madagascar.

Tout comme pour l’île Maurice, ce projet sera bénéfique pour l’île rouge puisqu’il fera partie des opportunités à saisir pour redynamiser le tourisme à Madagascar. Les visiteurs, en provenance d’Asie ou de Moyen-Orient et désirant découvrir l’île pourront profiter des services de Turkish Airlines.

La compagnie Turque a affirmé que Turkish Airlines effectuera 3 à 4 vols par semaines et compte très bientôt ouvrir une connexion directe entre la plus grande ville de la Turquie, Istanbul, et l’île Maurice.

 

 

A propos de la promesse fiscale du nouveau régime

 

Elu démocratiquement en janvier dernier, le nouveau président malgache Hery Rajaonarimampianina a promis de nombreux changements pour booster le développement du pays.

Quelques jours seulement après son investiture, il n’a pas caché ses ambitions vis-à-vis du secteur du tourisme lors d’une conférence élaborée avec l’Office malgache du Tourisme au Carlton. Et justement dans cette optique, le nouveau régime a promis une réduction d’impôt qui touchera 4 secteurs dont celui du bâtiments et travaux publics, le secteur de l’industrie et celui du tourisme.

A noter que la réduction en question ici est égale à l’impôt équivalent à 50% de l’investissement engagé par les opérateurs. Selon l’Etat malgache, cette nouvelle mesure fiscale a été adoptée afin de promouvoir un climat favorable permettant une redynamisation de l’économie.