Protection des réserves d’Ankovonjy et d’Ankarea : les rangers gardiens impliqués

Puisque Madagascar abrite des richesses récifales inestimables, c’est pourquoi il en vaut la peine de les conserver comme il se doit. C’est un motif suffisant pour ériger la coopération entre le WCS (Wild life Conservation Society), le programme SmartFish (commission Océan Indien) et surtout le Ministère de la pêche malgache.

Les trois parties se sont lancées dans le projet de mise en garde des parcs marins d’Ankarea et d’Ankivonjy (dans la partie Nord-Ouest de Madagascar) depuis à peu près un mois.

Les rangers gardiens

40 « rangers gardiens » ont été engagés et la mission leur est confiée après une formation. Sur ce, c’est l’Union Européenne qui finance le projet. Les parcs marins à protéger sont spacieux et étalés sur une superficie de 275 000 ha. Osons le dire plus vaste que l’île Maurice en entier ou encore l’île de La Réunion. À titre de rappel, la création de ces joyaux de Madagascar a été officialisée en avril 2015. Qui plus est, cette région de Nosy Be est parmi celles qui dissimulent les plus grandes richesses de l’Océan Indien.

Parcs marins à protéger
Parcs marins à protéger

Monsieur Ambroise Brenier, le Directeur du programme marin de WCS a affirmé qu’en tenant compte de la primauté de la conservation de ces richesses, ces rangers n’ont pas hésité à se présenter volontaires. Selon ses dires encore, l’implication des communautés dans ce projet est capitale suite à une collaboration depuis 5 ans.

 

Former les volontaires

 

Louis Gérard, un expert international en matière de garde de parc marin, a recommandé préalablement la formation de ces rangers communautaires suite à une évaluation qu’il a menée en 2014.

Protéger la forêt, et la vie se développera
« Protéger la forêt, et la vie se développera »

Le WCS et le CSP (Centre de Surveillance des Pêches) malgache se sont chargés de former ces 40 « rangers gardiens ». Étant donné qu’il faut se baser sur la loi malgache en vigueur, des directives leur sont communiquées pour la mettre en applique. Résultats : ils sont capables d’identifier toutes formes de dérogations, de faire un rapport sur l’incident et de le transmettre aux autorités locales.

Ce projet est un grand pas vers la conservation internationale. D’ailleurs, cette région renferme des richesses coralliennes avec des mangroves à Madagascar.

Protection des réserves d’Ankovonjy et d’Ankarea les « rangers » gardiens impliqués
Protection des réserves d’Ankovonjy et d’Ankarea les « rangers » gardiens impliqués