Guide de survie : Taxi-brousse de Madagascar

Souhaitez-vous voyager à Madagascar en toute indépendance, en respectant votre budget ? Voici votre nouveau meilleur ami : le taxi-brousse de Madagascar.

Qu’est-ce qu’un taxi-brousse ?

Si vous avez auparavant voyagé en Afrique, vous connaissez le concept du taxi de brousse. Ces minibus, pleins à craquer de gens et de produits, font la navette d’une ville à l’autre, d’une agglomération marchande à un village de campagne isolé.

Taxi-brousse plein à craquer de gens et de produits
Taxi-brousse plein à craquer de gens et de produits

Les taxi-brousses sont la version malgache des taxis de brousse. Ils sont lents et inconfortables, mais ils sont souvent la seule alternative abordable à la location de votre propre véhicule 4×4. Vous aurez peu ou pas d’espace pour les jambes, et des enfants dormiront sur vous, mais vous économiserez beaucoup d’argent.

Par exemple, le trajet Antananarivo (Tana)Antsirabe coûte entre 8 000 à 15 000 Ariary (environ 2 à 4 euros max). Le même trajet en voiture légère ou en 4×4 serait au moins dix fois plus cher. De plus, dans un taxi-brousse, vous roulerez avec les autochtones, jouerez avec les enfants et goûterez à la nourriture locale, avec la possibilité de pratiquer votre malagasy si vous le souhaitez.

Caravane de Taxi-brousses en direction du sud de Madagascar
Caravane de Taxi-brousses en direction du sud de Madagascar

Comment les stations de taxi-brousse de Madagascar fonctionnent-elles ?

Presque toutes les villes de Madagascar ont une station de taxi-brousse. Ils vont des endroits énormes et chaotiques comme celles de Tana et de Fianarantsoa, à quelques baraques sur le bord de la route, à rien du tout comme à Ranohira (porte d’entrée du Parc National d’Isalo). Alors, que faire ?

Stationnement de Taxi-brousse à Ambositra, province de Fianarantsoa
Stationnement de Taxi-brousse à Ambositra, province de Fianarantsoa

Vous remarquerez que les stations de taxi-brousse sont entourées de huttes qui vendent des billets, appelées guichets. Les chauffeurs de taxi-brousse sont propriétaires du véhicule et, à leur tour, sont organisés en coopératives. Ces guichets représentent des coopératives, pas des destinations. Vous marchez jusqu’à la cabane de votre choix, demandez votre destination et achetez votre billet. Les prix sont affichés de façon à ce qu’il n’y ait pas lieu de s’inquiéter de la surfacturation – s’ils essaient, refusez poliment.

Vous pouvez également réserver votre billet la veille du départ, ce qui vous permet également de choisir votre siège. Ne payez pas votre billet en entier, laissez un acompte et exigez toujours un reçu.

Stationnement de taxi-brousse en pleine campagne
Stationnement de taxi-brousse en pleine campagne

Problèmes avec les taxi-brousses de Madagascar

Les choses se passent rarement bien quand il s’agit de taxi-brousses. Vous serez probablement pourchassé par les revendeurs ambulants (mpanera), surtout dans les villes. Avant de les renvoyer, rappelez-vous qu’ils peuvent vous aider à trouver le bon guichet de la coopérative ou le premier autobus à partir. Bien sûr, donnez-leur un pourboire si vous le souhaitez, mais refusez leur tentative de surfacturation au motif que vous êtes des vazaha (étrangers). Et TOUJOURS exiger un reçu.

Taxi-brousse reliant Antananarivo Vangaindrano
Taxi-brousse reliant Antananarivo Vangaindrano

Les taxis-brousse partent quand ils sont pleins. Ce qui peut signifier dans les dix minutes ou plus, ou dans une demi-journée. Le temps d’attente moyen est de 2 heures. Pour minimiser cela, achetez votre billet directement auprès du chauffeur et choisissez un bus avec quelques places disponibles. Bien sûr, les sièges confortables se remplissent d’abord ; vous pouvez donc soit partir tôt et être mal à l’aise, soit partir tard et être (un peu plus) confortable. À vous de choisir !

Taxi-brousse reliant Morondava Mahabo
Taxi-brousse de Madagascar reliant Morondava Mahabo

Parlons des sièges. Du point de vue de l’espace pour les jambes, les deux meilleurs sièges sont ceux de la rangée avant, à côté du conducteur. Comme il n’y a pas de ceinture de sécurité, elles sont aussi les plus dangereuses. L’espace pour les jambes diminue progressivement au fur et à mesure que vous vous déplacez vers l’arrière. La dernière rangée peut être une véritable torture pour toute personne de plus de 1,70 m de haut.

Comment survivre en taxi-brousse ?

Maintenant, je ne peux pas dire que voyager en taxi-brousse soit agréable. Cela peut être une expérience intéressante, mais la plupart du temps, c’est très inconfortable. Alors, pourquoi le faire ? Parce que c’est beaucoup moins cher qu’un 4×4. Et c’est un plaisir de de rouler avec les locaux. C’est à peu près tout.

Transport insolite en taxi-brousse
Transport insolite en taxi-brousse

Cela dit, les taxi-brousses longue distance (nationaux) sont généralement acceptables ; vous avez votre propre siège, les véhicules sont en bon état et ne s’arrêtent que dans les grandes villes. Essayez de demander un Sprinter, un modèle bien meilleur et plus confortable que les minibus Mazda ou Mitsubishi.

Le confort diminue avec la distance parcourue. Les taxis régionaux sont sur le point d’être insupportables, et les bus « locaux » sont tout simplement terribles, avec cinq personnes ou plus sur chaque rangée. Nous avons pris un taxi-brousse qui a transporté plus de 50 personnes en 18 places.

Taxi-brousses régionaux
Taxi-brousses régionaux

Si vous pensez que c’est trop pour vous, essayez de trouver une place sur un 4×4 affrété. Comme dans les hôtels et les offices touristiques et en général, quelqu’un s’occupera de vous.

Essayez le taxi-brousse de Madagascar au moins une fois ! Vraiment, ce n’est pas si mal.

Mini-guide rédigé par Margherita & Nick du blog The crowded Planet – Finding Nature Everywhere, illustré par les photos de Gaël Rakotovao.

À propos de Margherita & Nick

Nous sommes Margherita et Nick, un écrivain et photographe italien et australien, voyageur de longue date et amoureux de la nature, de la vie sauvage et du plein air. Nous nous sommes rencontrés dans les recoins poussiéreux d’un marché alimentaire londonien, un jour de novembre 2004. Nick était au Royaume-Uni avec un visa vacances-travail, et moi (Margherita) je réalisais mon rêve de vivre à Londres, la ville dont je suis tombée amoureuse quand j’étais enfant.

A lire également >> Les taxis ville d’Antananarivo

Nous étions tous les deux fous de voyages. Nick avait quitté l’Australie pour venir voir le monde en Europe, et j’étais encore aux prises avec mon propre cas d’envie de voyager, qui m’a frappé à l’âge de 5 ans quand on m’a offert un livre avec des drapeaux comme cadeau d’anniversaire.

Taxi brousse de type TATA
Taxi-brousse de Madagascar de type TATA

Article rédigé par Gaël RAKOTOVAO

A propos de Gaël RAKOTOVAO

Salut, c’est Gaël R. Ingénieur et responsable de projet chez Mada Creative Agency. Je suis expert en webmarketing à Madagascar. Aussi, je rédige régulièrement du contenu et des actus. Ma passion c’est la photographie et j'adore voyager. Par ailleurs, j’ai obtenu mon attestation de guide touristique régionale en 2017. Courriel : rakotovao.gael[at]gmail.com. Tel: +261 (0) 32 82 372 94 .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *