Vol MH370 : les familles des passagers cherchent eux-mêmes des indices sur les plages de Madagascar

Les familles des victimes qui ont disparu à bord de l’avion de Malaysia Airlines 2014, sur le vol MH370 passeront elles-mêmes au peigne fin les plages de Madagascar aujourd’hui dans l’espoir de découvrir de nouveaux débris de l’avion.

Les familles, qui se sont présentées sur l’île de l’océan Indien samedi, ont en fait critiqué les enquêteurs privés malaisiens de ne pas faire assez pour trouver des débris, ce qui pourrait révéler plus d’indices sur ce qui s’est passé.

Rappelons que le Vol MH370 qui a transporté 239 passagers avec son équipage et qui a disparu sur son itinéraire reliant Kuala Lumpur à Pékin le 8 mars 2014 fait encore l’objet d’une recherche en cours dans le sud de l’océan Indien.

Cette semaine, sept familles en provenance de Chine, de Malaisie et de France iront faire un voyage le long du littoral malgache pour sensibiliser les habitants et effectuer des recherches sur les plages. La plupart d’entre eux ont payé leurs propres billets d’avion et leurs hébergements.

Certaines familles se rendront à l’île Sainte Marie et au large de la côte nord-est, où l’on croit que des débris de l’avion ont été découverts au cours de la semaine précédente.

Ghislain Wattrelos, 53 ans, qui a perdu sa femme et deux de ses enfants sur le vol MH370, a déclaré qu’il avait en fait démissionné de sa fonction de directeur marketing pour s’assurer qu’il aurait un jour la possibilité de donner des réponses à son autre enfant de 23 ans.

« Je fais partie de cette mission. Un jour, je lui dirai exactement ce qui s’est passé quand j’aurai une réponse concluante » a-t-il déclaré.

Grace Subathirai Nathan, une avocate malaisienne qui a perdu sa mère, Anne Daisy, sur le MH370, a déclaré que :

Les familles se sont inquiétées du fait qu’à moins de découvrir une nouvelle preuve fiable, la recherche pourrait rapidement se relâcher.

Et:

Je ne comprends pas comment ils peuvent affirmer qu’ils n’ont pas de preuves pour avancer l’enquête alors qu’il y a des fragments de l’avion qui passent tout le temps ici.

A-t-elle déclaré dans la capitale malgache lorsque les familles s’y sont rassemblées dimanche pour commencer la fouille des débris.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *