Comment les navires malgaches ont été liés à une seule famille française

Sur la côte ouest de Madagascar, ce sont les navires, et non les voitures ou les camions, qui relient les villages de pêcheurs isolés entre eux. Les navires malgaches — plus précisément les goélettes à deux mâts ou plus, généralement à voiles avant et arrière — sont considérés comme beaucoup plus fiables et moins chers pour le transport de marchandises.

Ceux qui ont un œil avisé pour les goélettes savent que la conception des goélettes malgaches est typiquement européenne. C’est parce qu’ils ont été liés directement à une famille française qui est venue à Madagascar il y a plus de 150 ans grâce au roi Radama II.

L’appel d’un roi

À l’époque, les bateaux marchands arabes et européens dominaient les mers de Madagascar. Le roi Radama II, le roi malgache de l’époque, a fait appel au gouvernement français pour l’aider reprendre cette domination. En réponse à cette demande, les Français envoyèrent la famille Joachim de La Réunion.

navires malgaches
navires malgaches

Malheureusement, le roi Radama II fut assassiné avant l’arrivée des Joachims. De même, malheureusement pour les Joachims, ils ont été contraints de prendre la fuite peu après leur arrivée. Il leur a fallu plusieurs décennies pour retourner sur la côte ouest de Madagascar.

C’est alors, dans les villages de Morondava et Belo-sur-Mer, que les Joachims ont pu enfin commencer ce qu’ils étaient appelés à faire à l’origine : construire des goélettes pour Madagascar.

pirogue sur la plage de morondava
Pirogue sur la plage dans le village de morondava

L’héritage

Peu de temps après, la famille Joachim créa ses propres écoles de construction navale pour leur permettre d’enseigner leur métier aux Malgaches.

Aujourd’hui, les goélettes construites à Morondava et à Belo-sur-Mer sont fabriquées selon les techniques originales de la famille Joachim. Environ 12 goélettes par an sont construites et lancées. La plus grande différence par rapport aux méthodes de la famille Joachim est que les locaux ont introduit un style de construction appelé « Fomba » : quand les mpanandro (sorte d’astrologue) locaux sont amenés à surveiller et superviser la construction. Ce sont alors ces mpanandro qui décident de la date du lancement d’une goélette.

goélette malgache
Goélette malgache (merci à Georgesmichel Fourgeot pour la photo 😉 )

De nombreux Malgaches de la côte ouest sont pauvres et l’électricité n’est pas disponible dans certaines de ces petites villes de pêcheurs. Par conséquent, les constructeurs fabriquent encore ces navires malgaches à la main.

Le jour du lancement d’une nouvelle goélette, tout le village se réunit pour faire la fête.

fabrication de pirogue à la main
fabrication de pirogue à la main

Source

3 commentaires sur “Comment les navires malgaches ont été liés à une seule famille française”

    1. Merci Maxime pour votre commentaire. Ce sont des photos que j’ai prises lorsque j’étais sur la cote ouest, plus précisément à Morondava. Vous avez raison pour les photos de boutres ! Si vous en avez, ce serait avec plaisir que je les publierai dans l’article. Bien à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *